21 décembre 2008

Les Ames d'Helios

les__mes_d_helios


Titre :
Les Âmes d'Helios
Tome : 3lus/4parus série finie

Scénario : Philippe Saimbert
Dessins : Roberto Ricci
Couleurs : Roberto Ricci

Éditions : Delcourt
Collection : Neopolis
Parution : 2003/2007




Synopsis : Sur ce monde ravagé à l’air est si nocifs, la gigantesque tour d’Hélios se dresse comme le dernier rempart où les humains peuvent espérer survivre. Mais à quel prix ? Dans cet univers clos qui tombe en ruine, les Cardicans, apôtres du Torkamak, ont du établir des règles de vie très strictes basées sur une hiérarchie inébranlable, inégale et imperméable.

Dans cet univers corrompu, Ylang, fille de prostituée et écuissons noir pourrait finir sa vie dans les quartiers désœuvrés de la couronne. Mais elle a un atout, une mère à la volonté de fer, prête à tout sacrifier pour faire d’elle une Dragon, écuissons rouges et maitres d’Hélios.

les__mes_d_helios2            les__mes_d_helios3

Avis : La série s’est révélée être un véritable coup de cœur auquel je ne m’attendais pas vraiment.

La trame principale est des plus classiques et le résumé évoque facilement une myriade d’autres titres. On nous présente un monde reclus, un « futur » apocalyptique où les humains vivent dans une tour, analogie des inégalités qui sévissent à l’intérieur, l’élite vivant physiquement au dessus de ceux qu’elle domine socialement. Mais le tout est finalement mené très finement et s’avère plutôt original.

Malgré la naïveté apparente de l’héroïne, on ne tombe pas dans les poncifs absurdes des « méchants riches qui sont pas gentils avec les gentils pauvres », tout du moins pas totalement. Les personnages sont beaucoup plus complexes qu’ils n’y paraissent. Ceux qui vont d’abord être présentés comme les pires ordures seront ensuite plus nuancés pour montrer une psychologie plus fine, plus grise. Les écuissons noirs ne sont pas exempts de défauts comme on pourrait s’y attendre dans une série plus lisse. Les relations entre les personnages sont plus adultes, plus matures que l’on pourrait s’y attendre dans une série où l’héroïne sort à peine de l’enfance. Amour et sexualité ne vont pas forcément de pair mais ne sont pas non plus présentés en antonymes purs. La religion, si elle semble fortement critiquée implicitement, relève elle aussi de la nuance. Si elle est le ciment de l’ordre injuste, elle reste néanmoins le ciment de l’ordre tout court. Les hautes autorités religieuses ont certes des manières barbares et inacceptables mais des voix internes s’élèvent pour proposer des réformes, des relectures des écritures. Les Cardicans, s’ils ne sont pas des modèles de sainteté, ne sont pas pour autant des êtres cyniques qui useraient de la religion pour simplement maintenir la masse sous leur coupe et montrent une foi qui semble profonde et réelle.

L’univers mis en place est lui aussi très bien mené. Sans tomber dans le déballage encyclopédique, on découvre au détour des pages des détails qui rendent l’ensemble plus profond. Sans s’y attarder, de petits éléments nous dépeignent les mœurs sur Hélios (prostitution, religion, bracelets de contraception, pyrolyse…), on découvre des détails pittoresques et des clins d’œil à notre monde contemporain via le cinéma Paradisio qu’on prend plaisir à repérer.

Graphiquement, la série est très agréable, et c’est d’ailleurs la couverture du troisième tome qui m’a poussé à lire la série. Le plus intéressant reste néanmoins le bestiaire particulièrement développé, intéressant et surtout bien exploité.

amesdhelioscouv01    amesdheliost2_gcles__mes_d_helios AmesHeliosCouv

Posté par Mammouth Master à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires sur Les Ames d'Helios

Nouveau commentaire