Les Chroniques du Mammouth Noir

06 juillet 2009

Dernières Lectures

Reprise du blog avec une nouvelle section : Dernières Lectures.
Les fiches détaillées seront de retour dans quelques temps, en attendant, j'ai décidé pour mieux alimenter ce blog, de poster régulièrement mes dernières lectures BD en de petits messages rapides.

La Foire aux Cochons I : L'art d'accommoder les restes de Ptiluc

foireauxcochons01Très Sympathique !
Une bonne série d'humour que je commence avec plaisir. On est assez loin de la franche rigolade, l'humour est beaucoup plus costique et cynique que de la grosse vanne mais ça se laisse bien lire.
Les dessins sont très agréables et surtout les personnages sont très bien cernés.

 

L'idée est assez géniale : tous les grands dictateurs, chefs de guerres, assassins et autres pêcheurs se voient réincarnés en cochons. Dans leur nouvelle demeure, la porcherie, ils devront trouver le moyen de briser le cycles des éternelles réincarnations porcines en tentant de se débarrasser de leurs fautes et de leurs défauts. On suit les pérégrinations de Napoléon Ier, empereur égocentrique qui au fil des réincarnations tente de trouver la sagesse. Il va croiser de nombreux personnages historiques, d'un Victor Hugo très porté sur la chose, à un Hitler qui n'en a pas fini de passer à la broche.

Un régal !

Magasin Général : Marie de Loisel et Tripp

magasingeneral01C'est toujours très intéressant de voir deux dessinateurs travailler ensembles.  Chose rare en BD, il n'y a pas ici un dessinateur et un scénariste mais deux auteurs qui accomplissent tous deux les deux tâches. Le rendu est très agréable. C'est d'ailleurs la principale qualité de la BD : son dessin. L'album fait ressortir une atmopshère très agréable de ce petit village perdu dans la campagne québécquoise.

 

Le scénario n'est par contre pas vraiment le point de fort du titre. C'est sympathique et gentillet mais sans plus. On ne tombe pas dans le mièvre mais il reste difficile de totalement se passionner pour la vie des habitants de Notre-Dame-des-Lacs où Marie, tout juste veuve, doit assumer le fameux Magasin Général, seul magasin de ce village éloigné de tout.

Bref, agréable.

Posté par Mammouth Master à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 février 2009

Angus Powderhill

Angus_1


Titre : Angus Powderhill
Tome : 2 (série en cours)

Scénario : Luc Brunschwig
Dessins : Vincent Bailly
Couleur : Isabelle Cochet

Editeur : Humanoïdes Associés
Parution : 2001/2003

 

 

 

 

 

Synopsis : Comme chaque année pour la saison blanche, Poly retourne sur les terres de Sarmen. Tous les ans, toutes les troupes de la province de Hurst viennent s’établir dans le comté pour y établir leur cirque, assurant à Sarmen sa croissance économique alors que toutes les autres régions sont paralysées par la neige.
Mais cette année, tout est différent. Poly, tout juste sortie de l’enfance et pas encore à l’aise avec les sentiments nouveaux qui troublent les adultes, va devoir affronter la méfiance et le mépris des habitants du comté. Les « âmes tordues » n’y sont plus les bienvenues depuis qu’une terrible malédiction a touchée le comte et sa femme, leur donnant un enfant monstrueux.
C’est dans ce contexte tendu que Poly va devoir évoluer, devant faire face aux désillusions de la fin de l’enfance et aux hostilités des habitants. Et si en plus de ça son destin amoureux se met à être cruel….

9782731613988_pgangus_t1p11

angus_t1p14

Avis : C’est le plus gros coup de cœur en matière de BD que j’ai eu depuis longtemps. J’avoue avoir très longtemps hésité avant de me lancer dans cette série.

Le dessin, et plus particulièrement la couverture du premier tome, me repoussait véritablement. J’ai eu beaucoup de mal à passer ce cap et si je l’ai fait ce n’était d’abord que pour découvrir le catalogue des Humanoïdes Associés sur qui je devais constituer un dossier. Mais finalement je n’ai absolument rien regretté.

Il est vrai que les dessins sont particuliers. Très loin d’être « beau », les dessins ne sont pas encrés et on retrouve dans la version finale la plupart des crayonnés de travail. Mais finalement, on s’habitue assez rapidement à ce style qu’on trouve d’abord étrange, bizarre, avant de le considéré comme atypique et intéressant. Il faut en tout cas féliciter le travail d’Isabelle Cochet car la couleur est une vrai merveille, elle sublime totalement le dessin et donne une superbe ambiance à la série.

Si l’on devait parler d’Angus Powderhill en seulement quelques mots, je dirais que c’est l’anti-Tim Burton. Le génial réalisateur américain parvient, à la manière d’un Baudelaire, à faire émerger toute la poésie et la beauté des univers et des objets les plus sombres et horrifiques. Ici, c’est totalement l’inverse. On nous montre un monde qu’on croirait tout droit sorti d’un conte de fées, dans des tons très pastel, mettant en scène une très jeune héroïne naïve et joyeuse dans l’univers magique du cirque. Mais très vite, on décèle toutes les failles de cette vision idyllique. Ce monde nous est finalement présenté comme dévoré de l’intérieur par la corruption, en son sens le plus fort de perversion, un monde totalement pourri, rongé par les pulsions ignobles. Cette opposition entre une ambiance malsaine et des dessins qui relèvent du conte pour enfant est totalement incarné par le personnage de Poly. Tout juste sortie de l’enfance, elle découvre progressivement et avec horreur toute la complexité et les travers du monde où le sexe est plus fort que les sentiments, où l’argent fait tout, où la simple  différence physique peut justifier la haine.

Les thématiques abordés sont en effet à la fois très originales et superbement bien amenées. Pour une fois ce ne sont pas les méchants qui sont difformes, les fameuses « âmes tordues » dont Poly fait partie sont en effet des êtres en apparence monstrueux, originaux, atteints de malformations de naissances, qui sont rejetées par la population et seulement acceptés dans les strictes limites du cirque. Mais l’auteur les présente d’une manière très intelligente, il n’y a aucune condescendance. Ainsi, on met par exemple plusieurs pages avant de s’apercevoir que la jeune héroïne ne possède pas de jambes.

Le thème de l’enfance est lui aussi particulièrement bien menée, loin des clichés, on voit évoluer Poly au rythme de ses désillusions.

Le scénario à proprement parler pour finir est très prenant. Les rebondissements, les révélations et énigmes sont savamment dosées ; les personnages ont une vraie profondeur et on remet vite en question leur catégorisation manichéenne. On passe d’éléments purement fantaisistes à des intrigues politiques.
Bref, la lecture est vraiment très agréable et vivement le tome 3 !

Attention chef d’œuvre ;)

AngusPowderhill2_05angus_t1p20
Angus_T2_couv

21 décembre 2008

Les Ames d'Helios

les__mes_d_helios


Titre :
Les Âmes d'Helios
Tome : 3lus/4parus série finie

Scénario : Philippe Saimbert
Dessins : Roberto Ricci
Couleurs : Roberto Ricci

Éditions : Delcourt
Collection : Neopolis
Parution : 2003/2007




Synopsis : Sur ce monde ravagé à l’air est si nocifs, la gigantesque tour d’Hélios se dresse comme le dernier rempart où les humains peuvent espérer survivre. Mais à quel prix ? Dans cet univers clos qui tombe en ruine, les Cardicans, apôtres du Torkamak, ont du établir des règles de vie très strictes basées sur une hiérarchie inébranlable, inégale et imperméable.

Dans cet univers corrompu, Ylang, fille de prostituée et écuissons noir pourrait finir sa vie dans les quartiers désœuvrés de la couronne. Mais elle a un atout, une mère à la volonté de fer, prête à tout sacrifier pour faire d’elle une Dragon, écuissons rouges et maitres d’Hélios.

les__mes_d_helios2            les__mes_d_helios3

Avis : La série s’est révélée être un véritable coup de cœur auquel je ne m’attendais pas vraiment.

La trame principale est des plus classiques et le résumé évoque facilement une myriade d’autres titres. On nous présente un monde reclus, un « futur » apocalyptique où les humains vivent dans une tour, analogie des inégalités qui sévissent à l’intérieur, l’élite vivant physiquement au dessus de ceux qu’elle domine socialement. Mais le tout est finalement mené très finement et s’avère plutôt original.

Malgré la naïveté apparente de l’héroïne, on ne tombe pas dans les poncifs absurdes des « méchants riches qui sont pas gentils avec les gentils pauvres », tout du moins pas totalement. Les personnages sont beaucoup plus complexes qu’ils n’y paraissent. Ceux qui vont d’abord être présentés comme les pires ordures seront ensuite plus nuancés pour montrer une psychologie plus fine, plus grise. Les écuissons noirs ne sont pas exempts de défauts comme on pourrait s’y attendre dans une série plus lisse. Les relations entre les personnages sont plus adultes, plus matures que l’on pourrait s’y attendre dans une série où l’héroïne sort à peine de l’enfance. Amour et sexualité ne vont pas forcément de pair mais ne sont pas non plus présentés en antonymes purs. La religion, si elle semble fortement critiquée implicitement, relève elle aussi de la nuance. Si elle est le ciment de l’ordre injuste, elle reste néanmoins le ciment de l’ordre tout court. Les hautes autorités religieuses ont certes des manières barbares et inacceptables mais des voix internes s’élèvent pour proposer des réformes, des relectures des écritures. Les Cardicans, s’ils ne sont pas des modèles de sainteté, ne sont pas pour autant des êtres cyniques qui useraient de la religion pour simplement maintenir la masse sous leur coupe et montrent une foi qui semble profonde et réelle.

L’univers mis en place est lui aussi très bien mené. Sans tomber dans le déballage encyclopédique, on découvre au détour des pages des détails qui rendent l’ensemble plus profond. Sans s’y attarder, de petits éléments nous dépeignent les mœurs sur Hélios (prostitution, religion, bracelets de contraception, pyrolyse…), on découvre des détails pittoresques et des clins d’œil à notre monde contemporain via le cinéma Paradisio qu’on prend plaisir à repérer.

Graphiquement, la série est très agréable, et c’est d’ailleurs la couverture du troisième tome qui m’a poussé à lire la série. Le plus intéressant reste néanmoins le bestiaire particulièrement développé, intéressant et surtout bien exploité.

amesdhelioscouv01    amesdheliost2_gcles__mes_d_helios AmesHeliosCouv

Posté par Mammouth Master à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 décembre 2008

Ma Vie de Zombie

MaVieDeZombie_28092008_120127



Titre : Ma Vie de Zombie
Tome : One Shot

Scénario : Sébastien Viozat
Dessins : RaphaëlB
Couleurs : RaphaëlB

Éditions : Ankama
Collection : Araignée
Parution : Septembre 2008




Synopsis : Léon Malmeau est le gardien du paisible cimetière Saint Antoine. Son métier est une véritable vocation, il aime prendre soin de ses pensionnaires mais aussi de leurs visiteurs et de ses futurs « locataires » de la maison de retraite.

Un soir, pendant sa dernière ronde, alors qu’il vient saluer la « tombe du soldat connu » du colonel enterré le matin même, il découvre que la sépulture a été profanée. Pestant tout seul contre ces satanistes du dimanche qui n’ont aucun respect pour la mort, il ne voit pas le colonel plus vivant que mort l’attaquer sauvagement.

Mordu par un zombi, Léon va progressivement se transformer, perdre son humanité au et à mesure que les morts se réveilleront dans son cimetière.

maviedezombie1

Avis : Quoi de plus éculé que le thème des morts vivants ? Films, BD, romans sur le sujet se comptent à la pelle et pourtant… Sébastien Viozat parvient à donner une véritable originalité à l’œuvre en s’attachant à la raconter sous un angle singulier.

L’auteur a su miser sur l’intériorité de son héros, sur ses sentiments, ses impressions et son changement progressif à mesure qu’il se transforme et prend conscience de sa nouvelle condition.

Outre la trame principale, bien d’autres thématiques sont abordées et questionnées. La profanation des cimetières, le nazisme, le respect de la mort mais aussi de la vie. Il est très curieux de voir à quel point un gardien de cimetière attache plus d’importance à la vie que son frère médecin. Souvent avec humour, noir, on aborde des réflexions plus profondes sur l’euthanasie ou les rapports entre les morts et les vivants.

Graphiquement, les dessins de RaphaëlB sont…originaux. Il est évident que son style se détache totalement de la masse de la production BDesque mais je dois avouer que je suis assez loin d’en être fan. C’est un style très épuré, parfois maladroit qui passe beaucoup par des aplats de couleurs. Bref, un style qui semble en être encore à ses balbutiements : il faudra voir ce que ça donne sur la suite.

maviedezombie2

« Tous ces gens me donnent faim. Leur cou, leurs bras, leur tête… sont comme des fruits gorgés de sucre. J’ai envie de croquer dedans, sentir leur jus couler dans ma gorge. »

Posté par Mammouth Master à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 décembre 2008

Retranchés

retranch_s


Titre : Retranchés
Tome : One Shot

Scénario : Cafard
Dessins : Cafard
Couleurs : Cafard

Éditions : Ankama
Collection : Araignée
Parution : Septembre 2008





Synopsis : Difficile que de résumer Retranchés ! C’est peut être l’histoire de Jérôme, trentenaire, qui sombre de la déprime après s’être fait largué par sa copine. Dans ces moments de dépression, les amis semblent être incapable de nous comprendre, ne pas vouloir même nous comprendre, et on se laisse perdre dans l’abus d’alcool et de programmes télé plus débiles les uns que les autres… Mais Retranchés c’est aussi cette bande de Grognards Napoléoniens, hors du temps, hors du monde, qui attendent, à la manière de la garnison du Désert des Tartares, une guerre qui ne vient pas.

retranch_sblog2

Avis : Lorsque j’ai du étudier le catalogue des éditions Ankama dans le cadre de mes études, j’ai tout de suite repéré Retranchés.

J’ai d’abord été attiré par sa couverture qui, si elle n’est pas la plus belle, est clairement la plus réussie de toutes les BD que j’ai pu lire jusqu’à présent. Elle évoque à elle seule un peu tout l’univers du tome. Elle parvient à présenter de manière uniforme un agrégat d’éléments de différents univers qui se télescopent.

D’un côté Jérôme s’enfonçant dans la dépression, de l’autre nos Grognards et leur ennemi invisible, on navigue sans cesse entre deux eaux et j’ai personnellement beaucoup apprécié les efforts de transitions. Que ce soit à la manière des fondus au cinéma, avec par exemple la fosse creusée pour réparer des conduites en pleine ville qui se transforme en tranchée militaire, ou par les associations d’idées comme l’apparition sur la route de Jérôme du kiosque qui vend «Gaia» «Moici» et «Patch», qui nous renvoie aux commentaires du vétéran sur les oiseaux charognards aux gueules d’appareils photo.

Graphiquement, c’est superbe, même si on sent Cafard beaucoup plus inspiré dans les phases napoléoniennes que lorsqu’il dessine l’univers de Jérôme. Il développe tout un imaginaire très onirique qui colle parfaitement à son style graphique. On se sent glisser dans un rêve étrange où les grognards font la guerre à la manière des poilus qui évoque tantôt des images américaines tels des souvenirs des Mystères de l’Ouest (pour le dactylo-inspecteur et le vétéran rafistolé principalement), tantôt françaises et romantique du jeune et beau candide pris dans une guerre imbécile.

Finalement c’est peut être là le véritable intérêt de l’œuvre : nous projeter dans un univers militaire Kafkaïen, drôle et déprimant, qui met mal à l’aise et fait rire. Le problème reste que le projet initial de Cafard semble ne pas être là… Le parallélisme entre les militaires et Jérôme est parfois poussif, malvenu. Si on comprend les volontés de l’auteur, on tombe un peu dans le cliché de la dépression comme ennemi invisible.

retranch_sblog1

« Poilus, sortez de votre ordinaire : collectionnez les dépressifs de plomb !!! »

Posté par Mammouth Master à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Ouverture et mise au point

Ouverture !
Après quelques hésitations, j'ai finalement décidé d'ouvrir ce petit blog.
Sa création a, avant tout, un but personnel de répertoire de mes dernières lectures. Le blog offre certaines possibilité intéressantes d'interactivité qui mieux qu'excell ou word, permet de mêler critiques, synopsis et classement selon différents critères (auteurs, éditeurs...) tout en permettant de garder une trace de la chronologie de mes lectures.

Quels seront les œuvres présentes sur ce blog ?
Je n'ai, a priori, aucune idée des BD que j'évoquerai au fil du blog. Les critiques postées dépendront de mes achats, des découvertes en bibliothèques, des prêts qu'on pourra me faire voire des dons. Une chose est certaine, l'actualité des sorties BD ne sera pas un critère que je retiendrai. Certaines œuvres seront récentes voire très récentes mais la plupart des articles porteront sans doute sur beaucoup de séries qui ont déjà quelques années derrières elles (j'ai du retard à rattraper en matière de lecture ^^ ). A quelques exceptions près, la majorité des articles concerneront mes dernières lectures, si tout va bien, mes lectures de la semaine.

Sur ce, bonnes lectures.

Posté par Mammouth Master à 19:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,